Garder le contact avec bébé…

Cette pandémie nous a obligés à modifier nos habitudes, entre autre en ce qui concerne les contacts physiques. Si nous comprenons l’intérêt d’un point de vue sanitaire, c’est difficile car l’homme est un être de relation et encore plus son petit !

En effet un bébé, pour développer ses compétences et assurer son bien-être physique et psychologique, a besoin d’interactions. Les interactions c’est l’ambiance qui règne autour de lui, la communication et le contact physique.

Les 1 000 premiers jours, une période décisive pour son développement cérébral

Le développement cérébral de l’enfant commence déjà in-utero, puis se développe de façon considérable après la naissance. Nous avons ces connaissances grâce aux neurosciences.

  • L’état général de la maman durant la grossesse joue un rôle important, la manière dont elle se nourrit, les produits auxquels elle est potentiellement exposée ou le stress.
  • A la naissance, le cerveau du nouveau-né possède 100 milliards de neurones, dont moins de la moitié sont interconnectés. Ce sont les expériences quotidiennes, l’interaction, les activités avec ses parents et son entourage qui vont permettre les connections et le développement de son cerveau.

Les premières expériences jouent un rôle clé dans la façon dont le cerveau se développe et les premiers apprentissages établissent les bases de la réussite scolaire. Il est donc primordial d’interagir avec votre bébé.

Préserver le contact avec son bébé!

Grâce aux recherches médicales et psychosociales, à l’imagerie du cerveau des nouveau-nés, et à l’étude des gènes, on sait aujourd’hui que toutes les interactions sensorielles sont nécessaires, parler au bébé, lui lire des histoires, lui chanter des berceuses ou écouter de la musique, le toucher aussi. La caresse envoie un signal au cerveau, qui permet de réduire le stress.

Des études, effectuées auprès de bébés nés prématurés, ont permis de montrer les bienfaits des caresses et du portage “Kangourou” sur leur santé. (Une étude de l’université de Miami, constate un effet physiologique des massages sur les prématurés. Les bébés massés gagnent 47 % de poids en plus et, à 12 mois, leur développement cérébral est également meilleur.)

  • Une étude Canadienne publiée en novembre 2017, sur plus de 1 000 couples mère-enfant, montre que les effets bénéfiques des câlins se propageraient aux cellules de l’enfant, s’inscrivant directement sur son ADN.

C’est ce que l’on appelle l’épigénétique, si la séquence de notre ADN reste globalement identique d’une cellule à l’autre, elle peut, en revanche, s’exprimer de manières très différentes en raison de subtiles modifications chimiques qui s’opèrent autour de la molécule d’ADN.

  • En 2015, une équipe anglaise a mené une étude sur des enfants dont les mères avaient développé une dépression après leur naissance.

Résultats, si la dépression des mères augmente la réponse aux stress des enfants, les câlins effectués par certaines des mamans dépressives permettent, à l’inverse, une diminution de la réponse au stress.

La science nous renseigne les vertus biologiques du câlin,

et nous autorise, nous recommande d’en faire !

Naissance : les bienfaits du peau-à-peau

De nombreuses études ont démontré les bienfaits du contact peau à peau avec son bébé dès la naissance, mais aussi durant ses premières semaines. Des études ont également démontré les bienfaits de cette pratique sur l’attachement mère-enfant, et plus largement sur le bien-être des parents. C’est pour cette raison que durant l’épidémie, il est recommandé de toujours favoriser le peau à peau.

  • Réchauffer le bébé à la naissance 

Placé en peau-à-peau avec sa maman, le bébé retrouve la température (37º C) du ventre maternel, son rythme cardiaque et sa respiration se stabilisent, sa glycémie est plus élevée. Lors d’une césarienne, le contact peau-à-peau peut être fait avec le papa.

  • Rassurer le bébé

La naissance est une épreuve pour le bébé, un contact précoce et prolongé avec sa maman est un besoin physiologique. La chaleur du corps, l’odeur de la mère ou du père, le son de leur voix vont contribuer à le rassurer et faciliter sa transition vers le monde extérieur.

  • Améliorer le bien-être du nouveau-né

Les nouveau-nés en peau-à-peau pleurent moins que ceux placés en berceau. Une étude sur des nouveau-nés âgés de 4 heures de vie montre que ceux ayant bénéficié d’une heure de contact peau-à-peau présentent comparativement à un groupe contrôle séparé, une meilleure organisation comportementale et un sommeil plus apaisé.

  • Lui donner de bonnes bactéries

Le bébé est contaminé par la flore bactérienne de la peau sa maman Il s’agit de « bonnes bactéries » qui vont lui permettre de lutter contre les infections et de construire ses propres défenses immunitaires.

  • Rassurer et apaiser la maman

La mère se sent plus apaisée lorsque son bébé est en contact avec elle En peau à peau, la maman et le bébé vont produire des endorphines, qui réduisent les angoisses et apporte un sentiment de bien-être et d’euphorie. Il a été également prouvé que le peau à peau diminue le stress des mamans dont le bébé est admis dans un service néonatal.

  • Favoriser l’attachement parents-enfants

La proximité déclenche la sécrétion d’ocytocine, l’hormone de l’attachement, qui facilite l’établissement du lien mère-enfant. La libération de cette hormone favorise également le réflexe d’éjection du lait qui permet d’entretenir une bonne lactation.

  • Faciliter la mise en place de l’allaitement

Instinctivement le nouveau-né va ramper vers le mamelon puis prendre le sein dès qu’il est prêt. Ce comportement bien spécifique survient en moyenne au bout d’une heure de peau-à-peau sans interruption. Plus on met souvent son bébé en peau-à-peau, plus on favorise également la montée de lait.

Afin de contribuer à son développement cérébral, il est primordial de continuer de stimuler votre bébé. Le toucher lui faire des soins, des câlins, le bercer, le transporter sont plein d’occasions de le faire.

Pour le transporter, vous pouvez opter pour le portage qui permet le contact.

 

Portage : intérêts et aspects pratiques

Le portage consiste à porter votre bébé contre vous à l’aide d’un tissu. C’est une méthode simple et confortable qui permet de libérer vos mains pour certaines activités, tout en continuant de répondre aux besoins de votre bébé. Il fait partie des pratiques courantes, d’origine ancestrale, de nombreuses cultures.

Cette technique offre de nombreux avantages autant pour le bébé que pour les parents, à condition de respecter certaines règles de sécurité.

Les avantages pour le bébé 

  • Facilite la digestion. Le bébé en position verticale, le portage favorise les rots, évite les reflux.
  • Favorise le sommeil. Des chercheurs ont remarqué que le fait d’être porté diminuait les mouvements involontaires et le rythme cardiaque chez l’enfant.
  • Assure un développement des articulations et des muscles. Les cultures qui portent beaucoup leur bébé ont un très faible taux de malformation des hanches. Il permet un bon positionnement des hanches. Le portage contribue également au développement des muscles du cou et des dorsaux ainsi qu’au développement du sens de l’équilibre.

Enfin, comme les bébés qui sont portés passent moins de temps dans un siège ou couché sur le dos, le risque de développer une tête plate est diminué.

  • Réconforte le bébé. Il est en contact physique avec son parent, parfois en peau à peau. Il est exposé à un mouvement rythmique constant et entend la voix de sa mère ou de son père. Le portage a donc un effet calmant pour les bébés, et il leur procure un sentiment de sécurité.
  • Facilite la formation du lien d’attachement. Le portage permet de répondre plus rapidement aux besoins du bébé, il facilite les échanges gestes et regards. La proximité avec le parent stimule la production d’ocytocine, une hormone contribuant à l’attachement et renforçant le sentiment de sécurité, et réduisant le stress.
  • Stimule le développement cognitif. La proximité du parent pendant le portage augmente le niveau d’attention du bébé et l’incite à explorer autour de lui.

Les avantages pour les parents

  • Procure une liberté de mouvement. Le parent peut prendre soin de son bébé tout en vaquant à ses occupations. Ce portage demande moins d’énergie pour transporter bébé que de le porter dans les bras. Le portage sur le dos augmente encore plus cette liberté de mouvement. Certains types de porte-bébés améliorent aussi le confort du parent, car ils distribuent le poids à différents endroits du corps (épaules, dos, hanches).
  • Facilite le lien parent-enfant. Le portage permet de mieux décoder les signes émis par bébé. Le parent est alors plus en mesure d’y répondre rapidement.
  • Renforce le sentiment de compétence et de confiance en soi. Une étude réalisée sur des mamans de bébés prématurés révèle que celles qui ont porté leur bébé pendant le séjour à l’hôpital souffrent moins souvent de dépression post-partum. Ces mères, 6 mois plus tard, se débrouillaient mieux dans l’interaction avec leur enfant.
  • Favorise l’allaitement. L’utilisation du portage pendant le premier mois de vie de l’enfant est associé à une plus longue durée d’allaitement. Favorisant le contact corporel entre la mère et le bébé, les mamans allaiteraient plus souvent dans une journée.

 

En pratique comment faire?

  • Tout d’abord, vous poser la question ai-je envie de porter mon bébé?

Votre préférence est-elle de garder votre bébé contre vous, au contraire, souhaitez-vous que les sorties restent un moment de partage, en poussette ?

En effet même si la technique peut-être bénéfique, il faut que vous ayez envie de l’utiliser. La technique peut être intéressante lorsque vous avez déjà des enfants petits, vous permettant de porter bébé et donner la main à l’ainé.

Par contre, ne soyez pas inquiets sur comment faire? Aujourd’hui beaucoup de puéricultrices ou de sages-femmes formées abordent le portage lors de la préparation à la naissance. Vous pouvez donc être formés à la pratique.

  • Si vous optez pour le portage, comment choisir le matériel ?

S’il n’y a pas de norme française spécifique aux écharpes de portage, il est tout de même essentiel de vérifier que :

1) Le produit choisi remplisse les exigences du décret du 20 décembre 1991 (1) sur la sécurité des objets de puériculture. L’écharpe doit ainsi être achetée avec sa notice d’utilisation et son emballage doit préciser :

    • la mention “conforme aux exigences de sécurité”,
    • les noms du produit et du fabricant, sa raison sociale et/ou sa marque et son adresse.

2) Le textile de l’écharpe corresponde à la norme OEKO-TEX 100, qui garantit l’innocuité des colorants, fibres, modes de traitement du produit.

3) Ensuite acheter le produit qui corresponde à vos besoins avec une taille d’écharpe adaptée à tous les porteurs.

4) La choisir aussi en fonction de son utilisation, âge du bébé, type de sortie.

5) Privilégier les matières légères et respirantes, par exemple en coton ou en sergé brisé, d’un tissu résistant, non susceptible de se déformer à l’usage.

6) Préférer une écharpe longue de 5 m ou plus, afin de pouvoir réaliser tous les nœuds et éviter un portage trop serré.

Les règles de sécurité à respecter.

Le portage est considéré sécuritaire si le porte-bébé est en bon état et utilisé selon les directives du fabricant. Il est toujours mieux d’avoir participé à des ateliers de portage, en préparation à la naissance, en maternité ou avec des associations.

  • Le bon positionnement :
    • Installer toujours bébé en position verticale, face au porteur. Mieux vaut éviter la position vers l’avant avant qu’il ait 6 mois.
    • Porter bébé haut : sa tête doit être positionnée à la base de votre cou.
    • Le positionner jambes écartées avec ses genoux plus haut que ses hanches, position de la grenouille.
    • Bien soutenir sa tête pour lui permettre d’adopter une position physiologique.
    • Permettre que son nez et sa bouche soient toujours bien dégagés.
  • La bonne surveillance, vérifier que :
    • Son menton n’est pas appuyé sur sa poitrine, ce qui pourrait nuire à sa respiration.
    • Sa tête est supportée s’il ne la tient pas encore seul.
    • Sa tête est parfois tournée vers la droite, parfois vers la gauche.
    • Bébé n’a ni trop chaud ni trop froid, surveillez particulièrement ses pieds et ses mains.
    • Bébé est bien hydraté, le faire boire régulièrement.
    • Sa respiration, sa couleur , son tonus soient normaux; il faut toujours être attentif  à lui.