Très souvent, les futurs parents préparent la chambre de bébé à la fin de la grossesse. Par superstition et aussi parce que le congé de maternité donne plus de temps.

Pourtant il est préférable de préparer la chambre au moins trois mois avant d’y installer le bébé.

Une solution, qui suit les nouvelles recommandations, prendre le bébé dans la chambre des parents (mais pas dans leur lit) jusqu’à 6 mois, surtout pour les mamans qui allaitent.

Pourquoi ne pas installer le bébé dans une chambre refaite pour lui ?

Parce que l’air intérieur est pollué

En effet, information peu connue, l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur.

Au départ par les matériaux de construction, par exemple un sol en PVC a été fabriqué à partir d’hydrocarbures (pétrole), il va relarguer des émanations, les peintures utilisées contenant des solvants qui continuent à diffuser dans l’air ambiant…

Ensuite par d’autres polluants que l’on utilise comme les sprays désodorisants ou désinfectants, des bougies d’ambiance ou des diffuseurs de parfum ou d’insecticides. Lors du nettoyage des locaux avec des produits d’entretien chimiques.

Les meubles eux-mêmes sont sources d’émanation. En fonction du matériau de construction (bois traité, contreplaqué, aggloméré…), de l’assemblage (colle) et des enduits (peinture, vernis, laque…)

Enfin par l’activité humaine, le principal polluant d’une maison sera le tabac si ses habitants fument.

On analyse la pollution de l’air en recensant les composés organiques volatils (COV). Il s’agit d’un grand groupe de substances chimiques présentes dans l’air intérieur et extérieur. Certains dégagent une odeur, et d’autres pas. Les COV se caractérisent par leur grande volatilité. Ils se répandent aisément dans l’atmosphère, entraînant ainsi des impacts directs et indirects sur les êtres vivants et l’environnement.

Quels conseils pour une chambre plus saine pour votre bébé ?

Deux axes d’action :

1.Limiter les produits sources importantes de COV.

Faire le choix de matériaux les plus sains possibles (peintures, sols) et de meubles rejetant moins de composés.

Pour les matériaux, lors de l’achat regarder les étiquettes. Les caractéristiques d’émissions de substances sont formalisées selon une échelle de quatre classes, de A+ à C, la classe A+ indiquant un niveau d’émission très peu élevé et la classe C un niveau d’émission élevé.

Choisir par exemple des peintures avec des pigments naturels privilégier les écolabels européens et consultez les pictogrammes. Attention toutefois, il existe des peintures estampillées « écologiques » qui émettent des COV. Il faut absolument regarder l’étiquette qui doit mentionner le taux de COV émis.

Il est possible d’utiliser l’argile ou la chaux pour enduire les murs. Ces matériaux sont certes plus chers mais naturels sans transformation chimique ils sont sains et écologiques.

Si vous optez pour du papier peint, utilisez une colle naturelle. Elle ne doit pas contenir de formaldéhyde et doit être d’origine végétale.

Pour les sols, évitez les moquettes, nids à poussières et à acariens, préférez les, parquet, linoléum, carrelage et dalles en liège  faciles à entretenir et sains. Et ils sont agréables pour les petits pieds nus !

Lors d’une rénovation plus complète avec isolation, évitez la laine de verre et le polystyrène, qui peuvent être toxiques. Préférez des matériaux naturels, la ouate de cellulose, le lin, le liège, la laine de mouton ou encore le chanvre bio.

-Pour le mobilier, observez à nouveau l’étiquette pour choisir ceux sans COV (voir plus haut).

Vous pouvez aussi opter pour des meubles anciens, parfois transmis par votre famille. Acheter des meubles d’occasion est une très bonne chose pour l’air intérieur de votre logement : en effet, ils ont déjà eu le temps, tout au long de leur vie, de rejeter une bonne partie de leurs polluants. Cela ne vaut, bien sûr, que si vous ne les repeignez pas ou ne les vernissez pas. Sinon, il faudra, une fois de plus, bien aérer !

Un matelas neuf, débarrassé de sa housse plastique, doit être mis dans la chambre bien avant l’arrivée de bébé. Les acariens apprécient la chaleur des matelas : recouvrez le matelas de votre enfant d’une housse anti-acariens.

Autre critère dans le choix de la literie, les recommandations officielles pour éviter la mort subite du nourrisson.


Prévention de la mort subite du nourrisson

Critères concernant le lit

Critères concernant le matelas

  • Le lit doit être adapté à la taille de votre enfant.
  • S’il s’agit d’un lit à barreaux, l’écartement doit être assez étroit (4,5 à 6,5 cm selon la norme européenne). En effet, cela empêche le bébé de se coincer la tête entre les barreaux. Si vous achetez un berceau ou un lit comportant des espaces horizontaux (à la tête, au pied ou au niveau du sommier), restez aussi vigilant sur ce point.
  • Par ailleurs, lorsque vous assemblez et utilisez le lit de votre bébé, respectez bien les instructions du fabricant. En particulier, employez uniquement les pièces fournies avec le lit.
  • Enfin, sachez que le lit ne doit pas être remplacé par un siège auto « coque », réservez l’usage de la « coque » à vos déplacements.

Critères concernant la literie

  • Pas d’oreiller.
  • Pas de couverture.
  • Pas de couette.
  • Pas de tour de lit.

Vous éviterez ainsi qu’il se glisse sous la couette, s’enfouisse le nez dans l’oreiller ou se coince entre le matelas et la paroi du lit.

  • Le matelas doit être ferme et porter la mention « Conforme aux exigences de sécurité ».
  • Il doit avoir les bonnes dimensions par rapport au lit, pour éviter la présence d’interstices dans lesquels l’enfant pourrait glisser.
  • Le drap housse utilisé pour recouvrir le matelas doit aussi être de taille adaptée (en particulier, il ne doit pas être pas trop grand).
  • Si vous utilisez un lit parapluie, n’ajoutez pas un autre matelas. Conservez le matelas d’origine.

Critères concernant le couchage du bébé

La température de la chambre doit être de 18° à 20°, c’est suffisant.

Coucher le bébé seul dans son lit, sur le dos, jamais sur le ventre, ni sur le côté.

Son visage reste dégagé, il respire à l’air libre. Il peut ainsi mieux lutter contre la fièvre en cas de maladie, il ne risque pas d’enfouir sa tête.

Le bébé sera habillé d’un surpyjama ou d’une gigoteuse adaptés à la saison. En cas de fièvre, le découvrir.

Dépliant de prévention (conçu par Naître et Vivre et financé par APS)

2. Préparer la chambre bien avant d’y installer bébé et l’aérer chaque jour.

La pièce choisie doit être claire, avec une fenêtre permettant l’aération. Si nécessaire, il faut résoudre les problèmes d’humidité avant de commencer l’aménagement.

– Soit vous préparez la chambre plusieurs mois avant la naissance.

– Soit vous l’aménagez plus tard et vous prenez le bébé dans votre chambre, le temps de bien ventiler sa chambre et son mobilier.

Dans tous les cas la maman ne doit pas participer aux travaux afin de s’exposer le moins possible aux substances dégagées.

Les travaux et l’installation du mobilier se feront, si possible les fenêtres ouvertes. Ensuite la pièce doit être aérée au minimum 2 fois 10 minutes chaque jour.

Enfin, oubliez les sprays dépoussiérants ou lesdétergents irritants. La pièce sera nettoyée avec des produits naturels. La plupart du temps, de l’eau, du savon noir ou de Marseille suffisent.

Pour dépoussiérer les meubles, une fois par semaine, évitez les plumeaux qui font voler la poussière. Utilisez plutôt un chiffon humide. Nettoyez très régulièrement, les tapis et les rideaux avec des produits naturels.

Avant utilisation, les vêtements et doudous pour le bébé doivent être lavés. Nettoyez les jouets avec de l’eau tiède additionnée de bicarbonate de soude et de savon de Marseille en copeaux.

Ne donner qu’une seule peluche à votre enfant pour dormir et pas trop grande. Protégez les autres dans des armoires, à l’abri de la poussière et des acariens. !

Enfin rappel, quand votre bébé occupera sa chambre, la pièce comme toute la maison devra être aérée 2 fois 10 minutes par jour !

Enfin ne jamais fumer, ni tabac ni cannabis, dans sa chambre ni dans la maison. Les enfants inhalent une plus grande quantité de fumée que les adultes parce que leur rythme respiratoire est plus rapide.